« Masques de Chine, rites magiques de Nuo » ou l’exorcisme chinois au musée Jacquemart-André

28 05 2007


Entrez, entrez donc voyageur… Laissez vous emporter au coeur de la Chine millénaire…

Plongez sans retenue dans un voyage insolite au coeur de l’exorcisme chinois au-travers une centaine de masques des rites Nuo de l’époque Tang à l’époque Song (XVI° – XVIII° siècle) !

« Nuo » signifie « expulsion des démons de la maison ». Le Nuo correspond à des cérémonies rituelles d’exorcisme et de divertissement des dieux, pratiquées dans toutes les provinces de Chine, depuis le néolithique, au cour de processions, danses et représentations théâtrales.

Ils sont passés par la suite d’une utilisation purement religieuse à une utilisation artistique : Les représentations ont suivi cette évolution, puisqu’il s’agit au départ de figures mythiques du rite Nuo (animaux, dieux, créatures mythologiques), puis de personnages anthropomorphiques sous l’influence du taoisme.

Une grande partie des masques Nuo, a été détruite durant la Révolution culturelle. Ils n’ont été reconnus officiellement que dans les années 80, marquant ainsi le retour des masques anciens dans des processions encore actives aujourd’hui.

Une profusion de figures étranges provenant exclusivement de collections privées, pour une exposition inédite puisque c’est la première fois que ces pièces sont présentées en France. Une véritable scénographie fait resortir ces chefs-d’oeuvres énigmatiques par des mises en situation dans de petites salles. cette ambiance a été recréée grâce à des meubles chinois prêtés par la Compagnie de l’Orient et de la Chine.

Après avoir passé un portique constitué d’un toît de pagode, un couloir jalonné de portesd’anciennes maisons vous conduira à un autel dédié au couple fondateur de l’humanité : le frère et la soeur qui ont libéré les forces maléfiques du dieu Tonnerre.

Cette présentation s’inscrit dans le mouvement de soutien de l’UNESCO de l’action du gouvernement chinois qui, depuis quelques années, a entrepris une grande action de protection de son patrimoine immatériel et notamment de son folklore, dont les danses masquées, le théâtre de rue et les rites anciens sont des éléments phares.

Musée Jacquemart-André – 158, boulevard Haussmann, 75008 Paris.
Jusqu’au 26 août 2007.

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :